La plus grande éolienne offshore du monde érigée en Loire-Atlantique

Le groupe Alstom est en train de mettre en place la plus grande éolienne offshore du monde. Celle-ci va servir d’essai pour le projet des cinq parcs éoliens sur les côtes françaises pour lequel le gouvernement avait lancé un appel d’offre.

Le groupe Alstom teste leur futur dispositif éolien

Le groupe Alstom, qui est candidat à l’appel d’offre de la France pour son projet de parcs éoliens, essaye de mettre toutes les chances de son côté pour être sélectionné. Pour cela, il est en train d’ériger une éolienne offshore géante, l’Haliade 150, qui va servir de test pour les futurs parcs éoliens français. Les ingénieurs d’Alstom vont notamment étudier les besoins en exploitation et en maintenance de cette éolienne pendant les cinq prochaines années.

Cette éolienne offshore aura la particularité d’être installée sur terre durant la phase de test. Par la suite, elle sera réimplantée en mer. Pendant la phase de test, elle devrait produire de l’électricité pour 8 000 foyers.

Une éolienne géante érigée au Carnet en Loire-Atlantique

Le chantier d’Alstom a lieu au Carnet en Loire-Atlantique. Ce lieu est assez symbolique puisque c’est à cet endroit que des écologistes se sont battus pour empêcher la construction d’une centrale nucléaire pendant plusieurs dizaines d’années.

Aujourd’hui, c’est une éolienne géante qui voit le jour. L’Haliade 150 a des dimensions colossales et possède notamment les plus grandes pales du monde. En effet, la longueur de ses pales atteint 73,5 mètres. Quant à sa taille, elle devrait faire une demi Tour Eiffel. Rien que la nacelle pèse 400 tonnes. Cette éolienne ne se contente pas d’être impressionnante, elle se veut aussi efficace. Ainsi, elle possède la plus puissante turbine du monde avec 6 MW.

Avancée de l’appel d’offre de la France pour la construction des futurs parcs éoliens

Les entreprises avaient jusqu’au 11 janvier pour déposer leur candidature à la Commission de régulation de l'énergie. Cet appel d’offres du gouvernement français concerne la construction de cinq parcs éoliens au large du littoral nord-ouest de la France. Le gouvernement devrait présélectionner les futurs candidats en avril. Ce n’est pas avant 2013 que le gouvernement se prononcera sur les résultats définitifs. Ce projet va permettre de faire des économies d’énergie fossile.

En lice, il y a le groupe Alstom en consortium avec EDF Énergies Nouvelles, qui candidate pour trois des cinq futurs parcs éoliens. Il y a également deux autres groupes menés par GDF Suez et Iberdrola. Tous les deux seront fournis par Areva.

Une transition vers de nouveaux « emplois verts »

L’ONU prévoyait que les énergies renouvelables créeraient des emplois et elle ne s’était pas trompée. En effet, les projets éoliens français devraient créer de nombreux emplois. Le vice-président d’Alstom Frédéric Hendrick, responsable du secteur éolien, a souligné que "Cela fait vingt ans que Alstom n'a pas construit d'usine en France, c'est une opportunité à saisir qui serait un symbole fort".

Il est ainsi prévu que pour ce projet, Alstom crée quatre usines : deux à Saint-Nazaire pour les générateurs et les nacelles, et deux à Cherbourg pour les pales et les mâts. Cela devrait aboutir à la création de 7 500 emplois. D’ailleurs, Frédéric Hendrick a précisé que les ouvriers du chantier de l’EPR de Flamanville pourront être reconvertis sur ce nouveau chantier.

Source : Vos économies d’énergie .fr