Le 20 aout, l'humanité a consommé toute les ressources naturelles produites par la planète en 2013 et entre en periode de dette énergétique

Moins de huit mois ont suffi à l’humanité pour consommer toutes les ressources naturelles produites par la planète en un an. D’après l'organisation non gouvernementale, Global Footprint Network (GFN), en charge de calculer chaque année le « jour du dépassement planétaire » ou du « Global Overshoot Day », le mardi 20 août correspondrait à l’« Overshoot Day ». La surexploitation des milieux naturels et les émissions de CO2 seraient les principales causes de ces dégâts.

L'impact des activités humaines sur la planète et la consommation d'énergie

Depuis 2003, les experts scientifiques de l'ONG canadienne et le think tank anglais New Economics Foundation s’attellent chaque année au calcul de l’empreinte écologique qui a pour objectif d’« évaluer l'impact des activités humaines sur les écosystèmes de la planète ». Cet indicateur devrait réussir à calculer « l'écart entre ce que la nature peut régénérer et ce qui est requis pour alimenter l'activité humaine ». Il se calcule en hectare global par habitant (hag/hab) et a pour rôle de comparer la quantité de ressources naturelles disponibles dans chaque pays et la consommation réelle de ces deniers.

D’après Global Footprint Network, la première situation de dette écologique a été notée en 1970. Depuis, la date a sans cesse avancé, ce qui dénote une accélération du processus de dégradation de la planète. En 1980, le « jour du dépassement planétaire » a été noté un 8 octobre et un 7 septembre en 2009. WWF, partenaire de Global Footprint Network, a notamment ajouté devant ce sombre constat qu’« il est à craindre que la date va encore avancer au fil des années ».

Le monde ne suffit plus, des économies d'énergie sont nécéssaires

Les prévisions avancées par l'ONG canadienne ne sont pas satisfaisantes. D’après eux, il faudrait « plus de 1,5 Terre pour répondre aux besoins d'une population humaine toujours croissante. À ce rythme, nous aurons besoin de 2 planètes bien avant la moitié de ce siècle ». WWF ajoute que : « Notre empreinte écologique va encore augmenter surtout que d'après les prévisions des Nations unies, la population mondiale atteindra les 9,1 milliards de personnes en 2050. » Il parait clair que si l’on est de plus en plus nombreux sur la planète alors, la consommation n’en sera que plus accrue, ce qui va aggraver la « dette écologique ».

Global Footprint Network a ajouté que l’humanité vit actuellement bien au-dessus de ses moyens : « Le seuil critique a été atteint depuis environ trente ans et la consommation des hommes dépasse désormais ce que la nature est en capacité de lui fournir en termes de recyclage de CO2 libéré et de production de nouvelles matières premières. » À cette situation triste, l’on devra conclure que dans quelque temps, la nature ne sera plus capable de se régénérer suffisamment vite pour faire face aux activités humaines. Pour rappel, les activités humaines sont à l’origine de bien de dégâts tels que la diminution de la couverture forestière, l’émission de pollutions ainsi que la dégradation des réserves d'eau douce. Plus de 80 % de la population mondiale vivent dans des pays « débiteurs écologiques » et utilisent bien plus de ressources que ce dont les écosystèmes de leur pays leur permettent. Le Japon aurait par exemple besoin de 7,1 fois sa superficie pour arriver à subvenir aux besoins de sa population tandis que le Qatar en aurait besoin de 5,7. La France pour sa part, consomme l'équivalent de 1,6 de sa superficie chaque année. L’ONG canadienne alarme la population mondiale sur cette dette écologique qu’ils ne cessent d’amplifier. Il recommande notamment la mise en place de diverses solutions salvatrices telles que le recours à de nouvelles technologies, la mise en place d’une réforme fiscale écologique, des aménagements urbains ou encore des régimes alimentaires moins riches en viande. D’après Global Footprint Network, si cette situation ne s’améliore pas alors « le dépassement des limites écologiques finira par liquider la planète. »


Source : Vos économies d'énergie.fr