Le Bangladesh et son équipement énergétique en constante évolution

En général, les énergies renouvelables évoquent les pays industrialisés et modernes tels que le Japon, l'Allemagne ou encore certains pays émergents comme la Chine et l'Inde. Toutes les grandes installations d'énergies renouvelables qui sont évoquées dans les médias parlent bien souvent des poids lourds économiques du monde. Mais qu'en est-il des nations "peu développées" telle que le Bangladesh ?

Face aux pays industrialisés qui peuvent acquérir des équipements spectaculaires, le Bangladesh dispose de bien plus faibles ressources. Et pourtant, il regorge d'équipements solaires domestiques.

Les équipements solaires au coeur du Bangladesh

Depuis 2010, plus de 500 000 équipements solaires domestiques ont été installés par Grameen Shakti, une organisation à but non lucratif. Ces équipements ont permis de produire de l'électricité renouvelable pour 2,9 millions de personnes. De nos jours, la même organisation a multiplié ce chiffre par 3 ! Il y a désormais 1 million et demi d'équipements solaires qui fournissent de l'énergie à 8,4 millions d'habitants.

L'organisation à but non lucratif fonctionne avec le micro crédit. C'est ainsi que 360 000 foyers ont dores et déjà pu honorer leurs dettes auprès de Grameen Shakti, et bénéficient désormais d'une énergie 100% renouvelable.

Grameen Shakti a institué 45 centres pilotes qui permettent de réaliser le montage des équipements distribués au niveau local. La formation de techniciens spécialisés fait également parti du projet. A l'heure actuelle, 60 000 travailleurs installent les équipements solaires sur les maisons, les entreprises et les écoles du Bangladesh. Dans les écoles rurales, des programmes de sensibilisation aux énergies renouvelables sont mis en place.

Des installations renouvelables variées

L'organisation ne souhaite pas seulement se développer sur l'énergie solaire, elle a actuellement fourni plus de 28 000 centrales biogaz pour les communautés et environ 800 000 fours propres pour les foyers.

Au Bangladesh, à l'image de Grameen Shakti, de multiples acteurs s'affairent autour des énergies renouvelables. Les autorités publiques ont joué un rôle important, le gouvernement a financé 480 000 équipements solaires domestiques sur des crédits de la Banque Mondiale. Les entreprises et les individus mettent aussi la main à la pâte afin de s'offrir une alternative aux structures polluantes et énergivores que représentent les énergies fossiles et nucléaires.

Le Bangladesh n'est pas un cas isolé, les pays en développement présentent une forte activité et un investissement conséquent en matière de développement des énergies renouvelables domestiques.