Le projet éolien offshore de la France se dessine petit à petit

Appel d’offre du gouvernement français

En Juillet 2011, le gouvernement français a fait un appel d’offre pour un projet de cinq parcs éoliens offshore. Les villes choisies sont Le Tréport, Saint-Nazaire, Courseulles-sur-Mer, Fécamp et Saint-Brieuc. Le but est d’augmenter la part des énergies renouvelables à 20% dans la consommation d’énergie française d’ici 2020 dont 6 000 mégawatts de production électrique éolienne. Les candidats doivent présenter leurs propositions avant le 12 Janvier 2012.

Projet éoliennes offshore : propositions de trois consortiums

Mercredi 11 Janvier, trois grands acteurs du marché de l’éolien européens rendront publiques leurs propositions. Leurs projets seront présentés à la Commission de régulation de l’énergie.

Le premier consortium regroupe EDF, Dong Energy, WPD offshore et Nass and Wind Offshore. Le constructeur des éoliennes sera Alstom. Le groupe va proposer des projets pour les villes de Fécamp, Saint-Nazaire et Courseulles-sur-Mer.

Le second consortium est composé de GDF Suez, Vinci et E.ON. Les constructeurs des éoliennes seront Areva et Siemens. Les projets choisis sont pour les villes de Saint-Brieuc, Courseulles-sur-Mer, Fécamp et Le Tréport.

Finalement, parmi le troisième consortium figurent Iberdrola et Eole-Res. Le fournisseur d’éoliennes sera Areva. Ils visent deux sites : celui de Saint-Brieuc et celui de Saint-Nazaire.

Prise en compte des variables économiques, environnementales et sociales.

Les candidats devront présenter des plans très complets des projets qu’ils proposent, notamment au niveau de la chaîne de production, du nombre de sous-traitants employés et des emplois créés. Mais pas seulement. En effet, les projets devront aussi prendre en compte des variables environnementales et sociales. Par exemple, les éoliennes ne devront pas gêner les pêcheurs ou entrainer des courants marins trop forts.

Enfin, les consortiums choisis devront payer une taxe environnementale. La moitié des recettes de la taxe financera la protection du littoral, 35% de la taxe ira au développement d’une pêche durable et enfin 15% aux activités marines.

Des estimations économiques encore incertaines

Grâce à ces projets, on prévoit la création de 30 000 emplois. Les parcs devraient permettre de produire 3 000 mégawatts d’électricité. Cependant, les données sont encore floues à propos de ce sujet. En effet, la force des vents n’a pas encore été étudiée avec précision. C’est pourquoi les prix de rachat de l’électricité proposés par les consortiums sont encore incertains.

Projet éolien offshore de la France débutera en 2015

C’est en Avril prochain que le gouvernement prendra sa décision concernant l’appel d’offre. Le gouvernement souhaite clôturer cet appel d’offre avant les élections présidentielles.

Quant à la construction des parcs éoliens, elle n’aura lieu qu’à partir de 2015 si tout se passe bien. Un second appel d’offre sera publié en Avril 2012.

Source : Vos économies d’énergie .fr