Le Syndicat des Énergies Renouvelables espère un soutien du gouvernement.

Vers la moitié de l’année, le CGDD avait noté que les raccordements des puissances photovoltaïque et éolienne avaient chuté. Face à ce constat, le Syndicat des énergies renouvelables va relancer un projet qui visera à redynamiser le secteur d’ici 2020.

Une baisse remarquée pour les énergie renouvelables

Le 30 aout dernier, le Commissariat général au développement durable (CGDD) a partagé un tableau de bord révélant les nouvelles capacités éolienne raccordées au premier trimestre 2013. Les chiffres dévoilés enregistrent une nouvelle baisse par rapport au premier semestre 2012, les faisant passer à 198 MW pour la France. Cette baisse se remarque également sur le parc des panneaux photovoltaïques puisque les puissances raccordées affichent une baisse de 73 % par rapport à la même période en 2012, et stagnent à 207 MW.

Concernant les panneaux photovoltaïques, le CGDD a remarqué un recul à partir du quatrième trimestre de l'année 2012 qui se poursuit au second trimestre 2013. Avec 100 MW raccordés, le Commissariat général au développement durable estime que les chiffres se rapprochent de ceux enregistrés au premier trimestre 2013. Pour rappel, la puissance du parc solaire a atteint les 4.263 MW fin juin. Les installations de panneaux photovoltaïques comprises entre 36 et 100 kW ont quant à eux, représenté près de 40 % de la puissance installée sur le premier trimestre 2013. Les centrales de plus de 250 kW ont représenté un quart du total. Par rapport en mars, les projets en file d'attente ont augmenté de 7 % et la puissance cumulée correspondante de 2.724 MW s’est quant à elle stabilisée.

Pour ce qui est de l’énergie éolienne, la puissance raccordée a enregistré une légère hausse, avec 118 MW raccordés, durant le second trimestre 2013 contre 80 MW en mars dernier. Le CGDD a également tenu à préciser que le parc éolien affiche une hausse de 3 % avec 7.821 MW raccordés pendant le second trimestre 2013 par rapport au dernier trimestre 2012. Ainsi, la production éolienne a enregistré une nette progression de 10 % par rapport à la période équivalente de 2012 avec 7,6 TWh raccordés. Vers fin juin 2013, l’on compte près de 500 projets en file d'attente pour une puissance cumulée de 8.781 MW. Le CGDD estime que « Le nombre de projets reste quasi stable, tandis que la puissance correspondante augmente de moins de 1 % ». Enfin, la part de l'éolien dans la consommation électrique nationale a quant à elle, enregistré une légère hausse avant de s'établir à 3,4 % fin juin 2013.

Le Syndicat des énergies renouvelables sera reçu par Philippe Martin

Dans un communiqué récent, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a noté que les chiffres qui ont été dévoilés par le Commissariat général au développement durable tendent à confirmer que les raccordements des installations basées sur l'énergie éolienne et les panneaux photovoltaïques enregistrent une baisse remarquée. Ce recul des marchés éoliens et photovoltaïques vient notamment bouleverser les objectifs attendus par le SER pour 2020 qui sont de mettre en place une puissance de 19.000 MW d'éolien terrestre et de 5.400 MW de photovoltaïque. Il prévoit également de créer dans la foulée de nombreux emplois.

En septembre, le Syndicat des énergies renouvelables devrait proposer son plan de relance au gouvernement et aux pouvoirs publics. À noter que ce plan de relance a pour objectif d’atteindre les 23 % d'énergies renouvelables (EnR) en 2020. Jean-Louis Bal, président du syndicat, a déclaré que le plan va comporter une refonte des cadres économiques des filières ; des simplifications des procédures réglementaires ainsi que la signature d’un contrat qui devraient optimiser le développement industriel et faciliter la création d'emplois dans le secteur des énergies renouvelables. Jean-Louis Bal devrait d’ailleurs s’entretenir avec Philipe Martin, le ministre de l'Énergie sur le sujet.


Source : Vos économies d'énergie.fr