Le transport ferroviaire: outil de développement durable

Une étude récente portant sur les émissions de C02 liées au secteur du transport de marchandises et de personnes en Europe a démontré que celles dues au transport ferroviaire ont diminué, alors qu'elles étaient déjà peu élevées. Actuellement, le train est responsable de moins d'1 % du total des émissions de gaz à effet de serre en Europe et de 1,8% du dioxyde de carbone émis par le domaine du transport européen.

Cette étude, publiée le 18 Juillet, a été réalisée par l'Agence Internationale de l’Énergie et l'Union Internationale des Chemins de Fer et présente le train comme étant un outil de développement durable. Toutefois, elle précise que les comportements ne sont pas les mêmes parmi les 27 pays de l'Union Européenne. Effectivement, selon le pays, l'énergie utilisée pour faire fonctionner un train diffère et il en va de même pour l'emploi des énergies renouvelables.


Diminution des émissions de gaz à effet de serre pour le transport ferroviaire

Les gaz à effet de serre, qui proviennent notamment de la combustion nocive des énergies fossiles, sont responsables en grande partie du réchauffement climatique, phénomène inquiétant qu'il serait nécessaire de ralentir voir d'arrêter. Cependant, les secteurs comme ceux du transport en émettent toujours d'importantes quantités. En 2009, les transports européens ont participé pour 31% aux émissions de CO2 dues aux différentes activités du continent. Le secteur ferroviaire a, lui, diminué ces émissions proportionnellement aux autres domaines. Il émet aujourd'hui seulement 0,6 % du total des gaz nocifs relâchés en Europe.

De plus, les 27 Etats de l'Union européenne se sont fixés comme but de baisser leur niveau d'émissions de CO2 d'environ 30% aussi bien en ce qui concerne les transports ferroviaires de marchandises que ceux de personnes. Cette réduction commence à compter de l'année 1990 et la finalité est en 2020. L'étude observe que pour l'instant, les différents pays concernés respectent leurs engagements. Toutefois, de nouveaux objectifs ont été fixés comme diminuer de façon notable (30%) la consommation finale par train. Dans tous les cas, il a été observé que le train est un véritable "outil de développement durable" et qu'il permet de faire des économies d'énergie.


Le train fonctionne de plus en plus grâce aux énergies renouvelables

L'étude appuie enfin sur le fait que les trains fonctionnent désormais majoritairement grâce à l'électricité. Alors qu'en 1990, moins d'un tiers des trains étaient électrifiés, en 2009, plus de 53% le sont. De plus, pour certains pays notamment les pays scandinaves (Norvège, Suède, Finlande et Danemark), les lignes sont alimentées entièrement grâce à l'énergie renouvelable et utilise donc une électricité dite propre. Cependant, à ce niveau, il y a des différences importantes. Par exemple, la France, en 2005, utilisait, pour ses trains, de l'électricité à 90% produite par du nucléaire, et seulement à 5% produite par des énergies renouvelables.


Le fret privilégie toujours le transport routier plutôt que le train

En Europe, les transports de marchandises se font majoritairement par la route au détriment du train (seulement 7% se font par train) et que la situation évolue plutôt en faveur du transport routier. De plus, d'après les chiffres relevés dernièrement, on constate que le transport de personnes n'est réalisé qu'à 6% par les voies ferroviaires.


Faire des économies d'énergie en choisissant le train

Pour faire des économies d'énergie, il est conseillé de prendre plutôt le train que la voiture surtout lors des journées qui atteignent des pics de pollution. Par exemple, pour se rendre au travail, il peut parfois être plus intéressant de prendre le train puis un tram ou un métro plutôt que sa voiture avec laquelle on peut se retrouver dans des bouchons et qui va consommer plus que de raison. Dans tous les cas, il est toujours plus écologique de prendre les transports en commun ou en tout cas, être à plusieurs dans sa voiture pour aller dans le sens d'une réduction des émissions de CO2.


Source: vos économies d'énergie.fr