Les énergies renouvelables se portent bien en 2012 sur la scène internationale

Malgré la crise, l’on note une progression soutenue des énergies renouvelables dans le monde. D’ailleurs, les chiffres publiés lundi dernier qui avancent que le parc d'éoliennes en fonctionnement dépasse 282 gigawatts, après l'installation en 2012 d'une capacité record de 44,7 gigawatts et que le parc installé de panneaux solaires photovoltaïques a passé le cap des 100 gigawatts, avec plus de 30 gigawatts raccordés pour 2012 en sont la preuve.

Toutefois, l’on a remarqué une baisse de 11 % des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables en 2012. En effet, 268,7 milliards de dollars (201,2 milliards d'euros) seulement ont été investis dans les projets d'énergies propres alors qu’ils étaient 302,3 milliards de dollars en 2011. Malgré cette baisse évidente, l’année 2012 reste une bonne crue en termes d'investissements. Si les États-Unis et l’Europe ont vu leurs marchés chuter, la Chine continue sur sa lancée et se pose comme le marché leader avec 20 % de croissance et 67,7 milliards de dollars d'investissements. Winfried Hoffmann, le président de l'Association européenne de l'industrie photovoltaïque (Epia) a notamment déclaré dans un communiqué que : « Personne n'aurait pu prédire il y a dix ans que nous verrions plus de 100 gigawatts de capacité solaire photovoltaïque en 2012 ». Les économies d'énergie réalisées grâce à cette croissance sont très importantes

L'Europe est le premier marché de l'énergie photovoltaïque

L’Epia a également souligné que « Cette capacité globale à récolter l'énergie du solaire produit autant d'électricité en un an que 16 centrales électriques à charbon ou de réacteurs nucléaires de 1 gigawatt chacun ». Cet écart peut s’expliquer par le fait que les panneaux photovoltaïques produisent de l’énergie de manière irrégulière et à puissance égale. Ce qui se fait ressentir sur leur production électrique annuelle qui est résolument faible par rapport aux autres centrales thermiques ou atomiques.

Malgré la crise, les difficultés du secteur et les aides publiques insuffisantes, « nous avons presque réussi à répéter l'année record de 2011 », confie M. Hoffmann. Il convient de noter qu’en 2011, 31 gigawatts avaient été installés. Par ailleurs, le parc photovoltaïque mondial a permis l’an dernier d’éviter que 53 millions de tonnes de CO2 soient émises, soit les émissions annuelles de plus de 8,8 millions de Français ou de 5,3 millions d'Allemands.

Le solaire continue sa progression en dehors de l’Europe. Toutefois, le vieux continent reste le leader sur le marché. En effet, sur les 30 gigawatts produits par les panneaux photovoltaïques installés en 2012, 13 GW ont été installés en dehors de l'Europe, contre 8 GW en 2011. Et en Europe, 17 gigawatts ont été installés (contre 23 GW en 2011), et parmi les pays qui affichent les meilleures productions, l’on note l'Allemagne (7,6 GW), l'Italie (3,3 GW) alors que la France est à la traine avec 1,2 GW.

L'énergie éolienne a le vent en poupe

D’après le Conseil mondial pour l'énergie éolienne (GWEC), les installations d’éoliennes ont enregistré une croissance de 19 % en 2012. Les statistiques de l'association professionnelle viennent de démontrer que la puissance éolienne mondiale est aujourd’hui trois fois supérieures comparées aux chiffres d’il y a cinq ans et de neuf fois supérieures comparées à son niveau d’il y a dix ans.

Le parc éolien mondial, lancé à pleine puissance équivaut aujourd’hui à 175 réacteurs nucléaires de type EPR. Toutefois, si on le compare au ratio de production moyen de l'éolien (35 %), du thermique ou du nucléaire (80-90 %), il ne devrait produire chaque année que l’équivalence d’une cinquantaine de centrales conventionnelles de 1,6 gigawatt.

Les installations de nouvelles éoliennes proviennent en grande partie de la Chine (30 % de la nouvelle capacité, avec 13,2 gigawatts), des États-Unis (29 %, 13,1 GW), de l'Union européenne (26 %, 11,6 GW), de l'Inde (5 %, 2,3 GW), du Brésil (2,4 %, 1,1 GW) et du Canada (2,1 %, 0,9 GW). Steve Sawyer, le secrétaire général du GWEC vient de déclarer : « Si la Chine a ralenti pour reprendre son souffle, les marchés américains et européens ont eu des années exceptionnellement bonnes en termes d'énergie éolienne ». Même si les perspectives pour 2013 sont moins bonnes, il reste que les chiffres de l’année 2012 affichent une légère hausse comparée aux années de stagnation de 2009, 2010 et 2011. Concernant les parcs installés, l'Union européenne est toujours en tête avec 37,5 % du total de 282,5 gigawatts, devançant ainsi la Chine (26,8 %) et les États-Unis (21,2 %).


Source : Vos économies d'énergie.fr