Les énergies renouvelables : une priorité pour IKEA

Le géant suédois du mobilier n'a jamais caché son implication dans le domaine des économies d'énergie. Dans une annonce récente, le groupe scandinave dévoile son objectif d'atteindre l'indépendance énergétique à l'horizon 2020. Pour ce faire, IKEA mise sur les énergies renouvelables et s'est engagé à investir 1,5 milliard d'euros d'ici 2015 dans le cadre de sa stratégie de développement durable "People and planet positive".

Ikea, un pionnier des énergies renouvelables

Le groupe suédois, déjà connu pour ses tendances écolo, n'en est pas à son coup d'essai avec les énergies renouvelables. IKEA possède des fermes éoliennes dans 8 pays et ses magasins à travers le monde sont équipés de plus de 500 000 panneaux photovoltaïques. En Angleterre, il est déjà possible d'acheter des panneaux solaires directement dans les rayons du magasin, IKEA espérant pouvoir utiliser la renommée de sa marque pour rassurer les acheteurs et incité ses clients à faire le choix des énergies renouvelables. En Chine, 50 % des magasins de l'enseigne sont équipés de panneaux photovoltaïques qui permettent de couvrir près de 15 % des leurs besoins en énergie. La France n'est pas en reste, IKEA possède en effet 26 éoliennes sur le territoire et le centre de Saint-Quentin-Fallavier en Isère constitue l'un des plus grands projets photovoltaïque Européen avec plus de 15 000 panneaux installés sur une surface équivalente à 4 terrains de football.

Avec sa stratégie "People and planet positive", le groupe va encore plus loin en annonçant son désir de produire suffisamment d'énergie pour couvrir sa propre consommation. Les investissements prévus devraient permettre à l'enseigne de couvrir 70 % de ses dépenses en énergie sur l'année 2014 en France. Parmi les mesures misent en oeuvre, il est prévu que tout les nouveaux magasins qui ouvriront leurs portes sur le sol français (6 d'ici 2016, le premier prochainement à Clermont-Ferrand) seront équipés de panneaux photovoltaïques sur leurs toits. L'enseigne jaune et bleu réfléchit aussi à la possibilité d'aménager ses 29 magasins existants. D'autres projets devraient voir le jour en France, IKEA souhaitant notamment installer des bornes de recharges pour les véhicules électriques dans tous ses magasins et modifié son éclairage pour n'utiliser que des LED d'ici 2020. Le recyclage n'est pas oublié, un programme de gestion des déchets va être mis en place et une opération nationale de réemploi des meubles est lancée depuis le 1er Janvier 2014 qui devrait permettre de donner une seconde vie aux fournitures de la marque suédoise.

Le centre IKEA Saint-Quentin, un modèle d'économies d'énergie

Si IKEA s'engage avec autant de moyens sur le terrain des énergies renouvelables en France, c'est grâce au succès des installations réaliser dans ses entrepôts à Saint-Quentin-Fallavier. Avec ses 15 000 panneaux photovoltaïques, le centre logistique a pu produire 125 % de son électricité depuis le raccordement au réseau. Cette électricité est pour l'instant intégralement revendue à EDF suivant les contrats de rachat des énergies renouvelables, mais les économies réalisées sont déjà importantes. Cette installation qui a couté 6 millions d'euros devrait être rentabilisée en moins de 8 ans.

Outre son impressionnant parc photovoltaïque, IKEA à mis en place à Saint-Quentin-Fallavier plusieurs autres innovations pour réaliser des économies d'énergie. La chaudière au bois utilisée pour le chauffage des locaux est le meilleur exemple. En effet, grâce à du bois venant de la région, les locaux isérois couvrent 60 % de leur besoin de chaleur et réalisent des économies énormes : la facture de chauffage a été divisée par 2,5 par rapport au gaz. IKEA est le bois est une longue histoire d'amour, le producteur de meuble s'étant par ailleurs engagé à planter au moins autant d'arbres que ceux utilisés pour la fabrication de ses produits.

Dernières touches écolos dans le centre de Saint-Quentin-Fallavier, l'utilisation de récupérateur d'eau de pluie pour fournir l'eau nécessaire au nettoyage des locaux et l'utilisation de nouveaux modèles de chariots élévateurs à hydrogène, qui seront progressivement amenés à remplacer les appareils fonctionnant avec des batteries acide-plomb tout en améliorant la productivité.


Source : Vos économies d'énergie.fr