Les panneaux photovoltaïques organiques arrivent !

Stéphane Poughon, président de DisaSolar, vient de faire une petite mise au point sur la structuration de la filière photovoltaïque française autour des panneaux issus de la 3ème génération. Avec la mise en place de nouvelles applications et la maitrise des dernières technologies, le solaire français peut aspirer à un meilleur avenir.

La transition énergétique compte parmi les secteurs qui créent le plus d’engouement et d’ailleurs, le solaire y joue un rôle majeur. En effet, dans l’objectif de favoriser la mise en place de dispositifs photovoltaïques, l’on a noté l’instauration des tarifs de rachat incitatifs. Dix ans plus tard, le constat n’est pas toutefois mirobolant, les tarifs de rachat ont permis aux fabricants chinois de booster leurs ventes de panneaux. Proposés à des prix plus qu’attractifs, ils ont vite fait d’inonder le marché au détriment des industriels français et Européens.

Les Français visent les panneaux photovoltaïques de 3e génération

Le rôle de la France sur le marché des panneaux photovoltaïques a été récemment remis en cause. Toutefois, en se tournant vers le solaire de troisième génération (ou photovoltaïque organique), qui connait actuellement un grand succès et se pose comme le système du futur, la France prend une longueur d’avance par rapport aux industriels européens. En effet, le solaire de 3e génération est en plein développement et compte parmi les dernières innovations en matière de développement durable. Par ailleurs, la création d’une filière pérenne devrait créer des centaines d'emplois verts, ce qui apparait comme un avantage non négligeable.

Une révolution technologique qui va entrainer des économies d'énergie

Par rapport aux panneaux de première génération (panneaux à base de silicium sous forme cristalline qui représentent 80 % du marché) et de deuxième génération (panneaux en couches minces, éventuellement flexibles), les panneaux photovoltaïques organiques affichent une grande différence. Il convient de noter que les panneaux de troisième génération, aussi désignée par le sigle OPV (organic photovoltaics), sont tirés de l'électronique imprimée et ont été créés à partir de procédés d'impression à température et pression ambiante. En effet, les cellules solaires organiques issues du carbone sont imprimées sur le support en plastique.

Cette nouvelle technologie a permis la création de panneaux photovoltaïques qui produisent de l’énergie à un prix abordable et qui sont à la fois écologiques et faits « sur mesure ». En présentant divers points de différenciation avec les panneaux de première et de deuxième génération, les panneaux dits de troisièmes générations se posent comme de nouvelles donnes qui permettront de viser de nouveaux marchés et de réaliser des économies d'énergie.

De nouvelles applications pour les panneaux photovoltaïques

Les solaires de troisième génération sont à la fois fins, souples et légers. Ils affichent des formes variées, ce qui leur permet divers usages. En effet, ils peuvent s’adapter à tous les supports, notamment sur des revêtements de surfaces complexes. La meilleure manière de mettre en phase les contraintes environnementales et les besoins énergétiques est de créer une source d’énergies renouvelables là où on en a le plus besoin. Les cellules photovoltaïques imprimés sur des panneaux souples sur mesure permettent aux surfaces complexes, aux sites isolés et aux objets communicants de disposer indépendamment d’une source d’énergie renouvelable.

Les panneaux photovoltaïques OPV couvrent de nombreux champs de développement. À long terme, l’objectif est qu’ils puissent s’intégrer à divers objets de la vie quotidienne comme les équipements électroniques ou de loisirs, les moyens de transports et de sécurités, les appareils nomades ou encore les équipements de domotique.

Il convient de noter que le solaire de 3e génération représente un vrai enjeu pour l'économie française. En choisissant de se tourner vers le solaire organique, elle s’assure d’avoir un générateur de croissance économique et d'emploi. Par ailleurs, la France est sur la bonne voie et devrait profiter de cette opportunité de redressement pour commercialiser et industrialiser leurs produits à travers le monde.


Source : Vos économies d'énergie.fr