Panneaux photovoltaïques chinois : UE ouvre une enquête antisubventions

Le différend commercial opposant la Chine aux sociétés européennes d’énergie photovoltaïque se poursuit. La Commission européenne a entamé une nouvelle procédure par l’ouverture d’une nouvelle enquête portant sur les subventions en soutien des importations de panneaux photovoltaïques chinois.


Panneaux photovoltaïques : Chine vs UE

Suite au dépôt de plainte d’EU ProSun, il y a deux mois, la Commission européenne a ouvert une enquête antidumping sur les importations chinoises de panneaux photovoltaïques. Une semaine après, Pékin a également réagi. À cet effet, une enquête a été menée afin de définir si les équipements solaires fournis par l’Union européenne à la Chine bénéficiaient de subventions déloyales ou sont vendus à perte.


Une obligation d’enquête pour la Commission européenne

Suite à l’ouverture de cette nouvelle enquête, la Commission européenne a expliqué qu’à la réception d’une plainte justifiée d’un secteur industriel de l’Union européenne (UE), elle a légalement été obligée de mener une autre enquête antisubventions. Pour cela, le plaignant doit apporter les preuves qu’un produit exporté depuis un ou plusieurs pays a été doté de subventions pouvant porter préjudice à l’industrie européenne.

Dans sa plainte, déposée le 26 septembre, l’EU ProSun a assuré que les panneaux photovoltaïques en provenance de la Chine ainsi que les équipements y afférant ont bénéficié d’une subvention indue. Compte tenue de la valeur des importations concernées, la Commission a indiqué qu’il s’agit de la plus importante plainte antisubventions jamais enregistrée. Le montant total de cette exportation d’équipement photovoltaïque de la Chine vers l’UE s’élève à 21 milliards d’euros.

EU ProSun a avancé que Pékin accorde des prêts d’une somme conséquente et des mesures favorables aux industriels du secteur solaire chinois. Le président d’EU ProSun, Milan Nitzschke a affirmé que « Les sociétés chinoises vendent des panneaux photovoltaïques en Europe bien en dessous de leur coût de production, avec une marge de dumping de 60% à 80%. Cela implique que les entreprises chinoises du secteur solaire font d’énormes pertes, mais, pour autant, elles ne font pas faillite, car leurs pertes sont compensées par l’État chinois ».

Ces mesures permettraient aux industriels chinois du secteur de vendre leurs modules à des prix relativement bas sur le marché. En effet, les prix proposés sont inférieurs aux coûts de productions.


La Chine regrette sa décision

L’impact de l’ouverture d’une enquête contre les fabricants de panneaux photovoltaïques européens par la Chine pèse lourd sur le secteur solaire chinois. Le ministère du Commerce a dit regretter vivement d’avoir pris cette décision pouvant susciter d’éventuelles pénalités.

D’après Shen Danyang, porte-parole du ministère, les barrières sur les équipements photovoltaïques chinois désavantageraient les deux parties, la Chine et l’Europe, et le développement de l’industrie solaire et des énergies renouvelables ne sera pas épargné dans cette situation.

En 2011, l’exportation de produits photovoltaïques chinois vers l’UE a atteint une proportion de plus de 60%, avec un montant total de 35,8 milliards de dollars. De leur côté, les industriels chinois ont importé près de 7,5 milliards d’équipements solaires et de matières premières en Europe.


Source: vos économies d'énergie.fr