Panneaux photovoltaïques : la Chine mène l’enquête sur les importations venues de l’UE

Après que l’Union européenne a ouvert une enquête antidumping sur les équipements en énergie renouvelable importés de Chine. En réponse, cette dernière a lancé la même opération contre les fabricants européens dans le pays.


La source du différend commercial

Le 15 juillet, une plainte a été déposée par EU ProSun, un groupement d’entreprises européennes dans l’industrie solaire. Dans cette plainte, les industriels ont avancé que les subventions aux exportations et le dumping adopté par les entreprises chinoises sont illégaux par rapport aux règles de l’OMC. Ils ont aussi parlé d’une politique d’entretien de surcapacité massive, permettant aux industriels chinois une exportation à faible coût.

Selon ces industriels, les sociétés chinoises vendent leurs panneaux photovoltaïques avec une marge de dumping importante, allant de 60 à 80 %. Malgré une perte importante, ils ne font pas faillite parce que Pékin leur accorde des mesures protectrices, en compensation de leurs pertes. Afin d’y voir plus clair sur la situation et vérifier la véracité des faits, l’Union européenne a ouvert une enquête sur les équipements photovoltaïques en provenance de Chine.


La riposte de la Chine

En réponse à la mesure prise par l’Union européenne, le 1er novembre, Pékin a pris la décision d’en faire de même. Dans un communiqué, le ministère du commerce chinois a expliqué que les subventions européennes à la filière photovoltaïque seront soumises à une enquête. Elle aurait pour objectif de déterminer si ces équipements bénéficient de contributions abusives ou sont vendus à perte sur le marché chinois. Elle devra également permettre de définir les éventuels préjudices sur les entreprises chinoises.

De même, le ministère a indiqué que des industriels chinois de polysilicium ont porté plaintes. Elles portent sur des subventions accordées par le gouvernement allemand ainsi que des prêts avantageux accordés par la Banque européenne d’investissement pour encourager l’investissement dans le secteur.

Dans le cadre de cette enquête, le ministère du commerce chinois a donné vingt jours aux fabricants européens touchés par cette mesure pour leur fournir la liste des équipements solaires qu’ils ont vendus en Chine entre le 1er juillet 2011 et le 30 juin 2012. Cette enquête devrait durée un an et en cas de circonstances exceptionnelles, elle pourrait se prolonger jusqu’à un an et demi.


Panneaux photovoltaïques : Le marché du solaire chinois en difficulté

Contrarié de la publication en octobre des conclusions de l’enquête anti-subvention et anti-dumping menée contre les produits photovoltaïques chinois par les États-Unis, Pékin a répondu de la même façon. La Chine a effectivement appliqué cette même mesure de rétorsion auprès des producteurs de polysilicium américains.

Le marché du solaire chinois n’a pas été épargné par les différends commerciaux, engendré par les enquêtes anti-dumping menées par le pays. Cette décision a été un coup dur pour les industriels chinois de la filière solaire. Actuellement, ils rencontrent une difficulté sur les marchés européens et américains.

Il est à noter qu’en trois ans, la Chine a dominé le marché mondial du solaire. En Europe, sa part de marché s’est accrue, en passant de 63 à 80% sur les panneaux photovoltaïques.

Source : Vos économies d’énergie .fr