Présidentielle américaine : Pétrole contre énergies renouvelables

L’exploitation de l’énergie renouvelable, tant prônée par Barack Obama a été ouvertement critiquée par Mitt Romney. Sur ce sujet, les deux candidats ont des avis différents.

Durant le premier débat de campagne, le 3 octobre dernier, les deux candidats à la présidentielle ont donné leur point de vue sur l’énergie verte. Alors que Barack Obama appuyait la réduction de la consommation du pétrole pour se tourner vers l’exploitation de l’énergie renouvelable, ses efforts ont été mis à néant par le républicain, Mitt Romney.


Barack Obama soutient l’énergie verte

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Barack Obama a toujours prôné la lutte contre le changement climatique par la relance de l’énergie renouvelable. Au début de l’année 2012, il a présenté une stratégie de développement, baptisée « all of the above », incluant toutes les catégories : pétrole, gaz, charbon, solaire, vent, réduction de la consommation des véhicules.

L’administration Obama a ainsi investi des sommes énormes pour financer la recherche sur l’énergie photovoltaïque et les véhicules électriques. Solyndra, une des firmes ayant bénéficié de ces subventions, a fait faillite et est devenue un lourd fardeau pour le régime actuel. En faisant allusion à cette même entreprise, le candidat républicain a attaqué le président actuel sur le fait d’avoir injecter 90 milliards de dollars dans l’énergie verte. Pour lui, cette somme, représente à peu près cinquante ans de ce que perçoivent le pétrole et le gaz, et il aurait été mieux de l’investir dans ces deux domaines. Il a également critiqué l’arrêt de l’exploitation de certains forages sur les terres appartenant à l’État Fédéral.

En réponse à l’ancien gouverneur, l’administration a apporté plus d’explications. Les 90 milliards ont été repartis sur les garanties d’emprunt ainsi que les subventions distribuées par le plan de relance de 2009. Une partie de cette somme a également été consacrée au charbon propre, au nettoyage des anciens sites de stockages d’armes nucléaires et aux exonérations dont l’industrie pétrolière en profite. À propos de la limitation de l’exploitation du gaz, elle a été motivée par l’existence de nombreux forages qui risquent de diminuer le prix du gaz sur le marché.


Très peu de chance pour l’énergie verte

De l’autre côté, les pétroliers sont prêts à tout pour tenter de nuire à la rénovation de l’énergie verte. Des industries pétrolières ont consacré des centaines de millions de dollars pour abattre les démocrates et mettre fin à l’exploitation de cette énergie renouvelable, qui risque de mettre à mal le secteur pétrolier.

Depuis 2003, la fracturation hydraulique et les avancées technologiques ont propulsé la production de pétrole et de gaz à un niveau supérieur, amenant ainsi la diminution de la quantité d’importation, estimée à 60% en 2005, à seulement 42% actuellement.

Aux États-Unis, aucun projet à long terme n’est mis en place pour les énergies renouvelables et le secteur est encore instable. L’impôt pour l’énergie éolienne devrait prendre fin vers la fin de cette année 2012, et Mitt Romney a annoncé ouvertement son refus pour son renouvellement. Par contre, Barack Obama est en faveur d’un projet durable pour la rénovation de l’énergie verte et des économies d’énergie en créant une agence de recherche (ARPA-E), dotée de fonds publics. Cependant, les résultats devront se faire encore attendre quelques années, bien loin des échéances électorales.


Source: vos économies d'énergie.fr