Un explorateur va rallier le pôle Sud uniquement grâce à des énergies renouvelables

L’explorateur britannique Robert Swan prévoit de rallier le pôle Sud au moyen de panneaux photovoltaïques et d’éoliennes comme seules sources d’énergie. Cette expédition en faveur d’une transition énergétique vers le renouvelable, il compte le faire en 2015.

Un projet honorable pour promouvoir les économies d'énergie

Robert Swan est un explorateur anglais de 57 ans avec un CV bien impressionnant. Il a notamment été élu plusieurs fois ambassadeur de bonne volonté par l’ONU, il a également traversé plus de 164 pays et prévoit très prochainement de rallier le pôle Sud avec comme seule source d’énergies, des énergies renouvelables. Cette expédition vise à sensibiliser les gens à la protection de l’Antarctique, dernière terre vierge du globe. Pendant 2 mois, il va alors traverser l’Antarctique sans disposer de combustibles fossiles pour se réchauffer. À noter que ces énergies renouvelables sont généralement utilisées par les explorateurs pour pallier les températures extrêmes lors des expéditions polaires, car dans cette partie du globe, le froid est presque insoutenable avec une température de – 70 °C sous ces latitudes.

Avec ce projet surprenant, l’explorateur britannique entend démontrer qu’il est tout à fait possible de réaliser cette expédition avec des énergies renouvelables comme sources d’énergie. Interrogé sur le sujet, Robert Swan a déclaré que « Le but de cette expédition est d’inciter les autres à recourir à des sources d’énergie respectueuses de l’environnement ».

Une logistique renouvelable pour une démarche développement durable

L’explorateur prépare déjà sa future expédition, prévue pour 2015, sur les étendues de glace du pôle Sud en s’entourant d’une équipe de choc. En effet, des experts américains travaillent actuellement avec ce héros des temps modernes et son équipe pour sur le développement de la technologie de son expédition verte. Robert Swan explique que durant son trajet peu commun, il va emporter une éolienne, des panneaux photovoltaïques, mais aussi des batteries qui serviront à réchauffer les repas, à faire fondre la glace pour la transformer en eau, à alimenter les systèmes GPS, les lampes frontales et les autres outils électriques résolument déterminé, Robert Swan est tout excité à l’idée de faire ce voyage au bout du monde.

Le choix du pôle Sud comme destination n’est pas le fruit du hasard puisque l’Antarctique est le dernier territoire encore vierge de la planète. Cette terre australe est protégée par le Traité sur l’Antarctique et aucune nation ne peut y prétendre. L’un des protocoles annexes du Traité dédié à la protection environnementale sera d’ailleurs revu en 2041 et fera de l’Antarctique une « réserve naturelle consacrée à la paix et à la science » où toute activité liée aux ressources minérales autres que ceux à but scientifique sera interdite.

Un projet pour mettre en valeur les énergies renouvelables

L’expédition de 2015 sera réalisée dans le cadre de la campagne de sensibilisation « 2041 », visant à promouvoir les énergies renouvelables, organisée par l’explorateur. L’objectif de ce petit périple au bout de la terre sera de sensibiliser la population mondiale aux enjeux de la future révision du texte de loi afin de maintenir la neutralité du territoire et éviter toute exploitation de son sous-sol. Il reste encore 10.000 jours à Robert Swan pour se préparer à son petit voyage. D’ici là, son équipe et les experts qui les accompagnent travaillent d’arrache-pied à tout faire pour que le trajet se fasse sans heurt. D’ici 2015, date de départ de l’explorateur, d’autres fervents défenseurs du climat prévoient également de faire des explorations à destination des pôles, à l’instar du Français Emmanuel Hussenet qui part ce mois en direction de l’Arctique dans le cadre du projet « D’un pôle à l’autre ».


Source : Vos économies d'énergie.fr