La nouvelle étiquette efficacité énergétique pour les portes et fenêtres

Les portes et les fenêtres seront désormais dotées d'une étiquette efficacité énergétique menuiserie. Cette initiative devrait entrer en vigueur avant la fin 2013 et a été mise au point par des professionnels du secteur.

L'étiquette « Énergie Menuiserie »

Le 18 avril dernier, la Chambre syndicale des fabricants de verre plat (CSFVP) et l’union des fabricants de menuiseries extérieures (UFME) se sont ralliés pour la création d’une étiquette énergie pour les portes et les fenêtres.

Pour rappel, l’étiquette « Énergie Menuiserie » est le fruit de la collaboration de deux entités à savoir la syndicale des fabricants de verre plat (CSFVP) et l’union des fabricants de menuiseries extérieures (UFME). Cette étiquette devrait permettre au consommateur d'évaluer de manière concise et aisée la performance énergétique et le confort d'été des produits, ce qui leur permettra de choisir plus aisément les fenêtres et les portes (menuiserie et vitrage) les plus adaptées à son logement, et ce, en fonction de son implantation géographique.

Les syndicats ont tenu à préciser que l’étiquette sera positionnée sur le marché de la rénovation pour le logement résidentiel et devrait être appliquée aux fenêtres (verticales ou de toit) et aux portes d'entrée, qu’importe le matériel avec lequel ils ont été conçus (bois, aluminium, PVC ou mixte). Par ailleurs, l’étiquette Énergie Menuiserie suit sur la méthode baptisée « e2mf », qui se base sur des calculs thermiques dynamiques des besoins énergétiques (chauffage, refroidissement) sur un bâtiment de référence. Ce calcul prend également en compte les menuiseries extérieures représentatives du marché. Les professionnels ont d’ailleurs ajouté que cette méthodologie « exprime les besoins en énergie du bâtiment par des régressions linéaires, fonction des propriétés de la fenêtre ». Vu que les équations pour la réalisation de l’étiquette finale ne sont pas aisées, des groupements de zones climatiques de la règlementation thermique 2012 ont été réalisés. Ainsi, l’on note actuellement trois zones pour la France métropolitaine.

Les performances énergétiques

Les performances en termes de consommation énergétique sont affichées sur une échelle de A à G (de vert à rouge), où A est le niveau le plus performant et G le moins. Une échelle de dégradés bleus détermine, quant à elle, le niveau d’impact sur les besoins de refroidissements et le confort d’été. Par ailleurs, deux coefficients de transmission thermiques des fenêtres (Uw) et des portes (Ud) permettent de découvrir le niveau de leurs performances d'isolation. Plus le degré s’affiche nul, plus la porte ou les fenêtres sont alors isolants. Enfin, un facteur solaire précise « le niveau d'apports solaires gratuits ».

Cette nouvelle étiquette s'inscrit dans le contexte réglementaire européen imposé par la directive européenne d’octobre 2010. Un étiquetage des produits liés à la consommation d'énergie devrait être réalisé en 2014, a tenu à rappeler la CSFVP et l'UFME. D’ailleurs, Jacky Benoist, Président de l'UFME, a déclaré à cet effet : « Nous avons souhaité anticiper la mise en place de cet étiquetage en proposant une étiquette adaptée à la diversité des zones climatiques françaises et permettre ainsi au consommateur de disposer d'un outil simple et lisible pour limiter la consommation énergétique de son habitat. En 2013, ce sont plus de 2 millions de fenêtres qui porteront l'étiquette Énergie Menuiserie ».

Source : vos économies d'énergie.fr