22 % des ménages sont concernés par la vulnérabilité énergétique

Une étude sur la vulnérabilité énergétique a été publiée le 8 janvier 2015 par l'INSEE, elle offre un bilan sans surprise qui montre que les Français peinent à financer leurs dépenses énergétiques. Pour rappel, la vulnérabilité énergétique concerne les foyers qui consacrent une part trop importante de leur revenu pour leurs dépenses en énergie (chauffage, déplacements en voiture, eau chaude...).

La précarité énergétique oblige les ménages à faire des choix

D'après l'INSEE, 22 % des Français sont en situation de précarité énergétique à cause de leur facture de chauffage, de leurs déplacements quotidiens voire même les deux cumulés pour 3 % des ménages. Le coût des déplacements en voiture touche de plus en plus de personnes, ce phénomène s'explique notamment par l'extension de la périurbanisation.

Pour ces ménages en difficulté, des choix s'imposent, certains renoncent à certaines dépenses pour pouvoir mieux chauffer leur logement ou bien pouvoir se déplacer, et d'autres, au contraire, vont dimunuer leurs dépenses en chauffage ou en carburant pour ne pas freiner leurs habitudes de consommation. On constate ainsi que 14,6 % des ménages sont en situation de précarité énergétique pour leur logement et 10,2 % pour leurs déplacements, et d'autres cumulent les deux difficultés.

Les ménages éloignés des zones urbaines sont les plus touchés

Les ménages éloignés des pôles urbains sont les plus vulnérables, en effet, seuls 13,8 % sont concernés par la précarité énergétique dans les grands pôles et 24 % pour les moyens et petit. En revanche, elle augmente significativement dès la couronne périurbaine avec plus de 30 %, et peut même atteindre les 50 % hors des zones urbaines.

Les personnes seules et les moins de 30 ans sont les plus touchés par la précarité énergétique. L'INSEE dévoile qu'un tiers des personnes seules et 43,1 % des foyers dont la personne de référence a moins de 30 ans sont en situation de vulnérabilité énergétique. Les retraités sont également exposés à ce problème, en effet, 21,1 % sont concernés.

Les principales causes de la précarité énergétique

Le risque de vulnérabilité énergétique pour le logement dépend de plusieurs facteurs ; sa surface et l'énergie utilisée pour le chauffer. En toute logique, plus le logement sera spacieux, plus la facture de chauffage sera élevée. Plusieurs énergies de chauffage existent, parmi elles, le fioul est le plus onéreux et les ménages les plus vulnérables sont ceux qui l'utilisent pour chauffer leur logement. En revanche, les ménages se chauffant à l'électricité sont beaucoup moins concernés. Et pour cause, l'électricité équipe principalement des logements du parc collectif qui sont moins coûteux à chauffer que des maisons individuelles. Les maisons situées en milieu rural sont, dans la plupart des cas, équipées d'un chauffage au fioul.

Il en est de même pour la précarité énergétique pour les déplacements, elle s'accentue lorsque l'on s'éloigne des pôles urbains. L'INSEE constate ainsi que 2,7 millions de ménages consacrent plus de 4,5 % de leurs revenus à l'achat de carburant pour leurs déplacements quotidiens. Le pourcentage de ménages concernés diffère selon les régions, en Corse par exemple, le taux des ménages concernés est de 28 %.