L'écotaxe pour les poids lourds prend encore du retard

Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports et Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, viennent d’annoncer le report de l'écotaxe pour les poids lourds au 1er janvier 2014 au lieu du 1er octobre 2013. Pour justifier ce retard, le gouvernement a avancé que des dysfonctionnements persistants ont été remarqués lors des vérifications faites durant l’été et doivent impérativement être corrigés avant que le dispositif ne soit mis en service.

L’écotaxe : une mesure utile

L'écotaxe dite « taxe poids lourds » a été adoptée lors du Grenelle de l'environnement, et votée en avril dernier. Elle vise à modifier les comportements des routiers, notamment des chauffeurs de camions de plus de 3,5 tonnes, transporteurs de marchandises, en leur faisant payer une taxe sur les kilomètres parcourus sur les 15 000 km de réseau concernés (route nationale et départementale). Les recettes de ce dispositif sont ensuite destinées à financer les infrastructures de transport et réaliser des économies d'énergie. Il convient de noter que l’écotaxe s’applique aux véhicules poids lourds français et étrangers. Pour la collecte, les véhicules se verront équipés de boîtiers électroniques dotés d'un système de localisation par satellite qui va permettre de les situer facilement. À noter que les règles relatives à la mise en service de l’écotaxe ont été déjà définies et l’enregistrement des véhicules concernés a commencé le 19 juillet dernier suivi d’une phase d’essai le 29 juillet.

Le gouvernement a confié la gestion et la collecte de l’écotaxe à la société Ecomouv. Vers la période de fin août, les deux ministres ont demandé un état des lieux du projet à la société en question, notamment sur les enregistrements effectués qui vont permettre de prélever la taxe. Ecomouv a alors reconnu que 20 000 camions seulement avaient été enregistrés sur les 600 000 à 800 000 concernés. C’est à la suite de ces révélations et de quelques vérifications d’usage que l’État a choisi de ne pas valider le fonctionnement du système, relevant quelques dysfonctionnements au passage. Il a également imposé à la société, Ecomouv, responsable de la collecte, de remédier aux erreurs, et ce, dans les meilleurs délais.

Des rétards sucessifs mauvais pour les économies d'énergie

La mise en service du dispositif a initialement été prévue pour juillet dernier après un premier report à la date du 1er octobre. La taxe prend en compte les coûts externes liés au transport routier sur les réseaux routiers concernés. L’objectif à terme est de reporter une partie des marchandises depuis les camions vers le réseau ferroviaire ou fluvial. En clair, c’est un dispositif intéressant que ce soit du point de vue pratique ou financier, car il devrait rapporter plus de 1,2 milliard d'euros par an à l’État et permettre des économies d'énergie.

Afin de ne pas pénaliser les transporteurs, le gouvernement a prévu d’imposer des taux de majoration, obligeant ces derniers à augmenter leur prix et ainsi, répercuter l'écotaxe sur leurs clients. Mais malgré ces mesures, les transporteurs craignent de voir leur coût augmenté. Dans une récente interview, Christine Clément, patronne des Entreprises Clément, situées à Sézanne (Marne), a avoué le mécontentement de ses clients craignant pour la plupart une hausse de la facture. Elle a ajouté que si certains préféraient faire abstraction des changements que cela allait assurément entrainer pour garder leurs clients, d’autres ont choisi de baisser les bras, de peur de ne pas pouvoir rembourser leurs clients. Dans tous les cas, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, devrait recevoir les représentants du secteur dans le courant de cette semaine pour essayer de trouver des compromis.


Source : Vos économies d'énergie.fr