La ministre de l'écologie annonce une nouvelle clause de sauvegarde contre les maïs OGM

Nouvelle clause de sauvegarde contre le maïs OGM

Lundi 23 Janvier, la Ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet a rassuré les détracteurs d’OGM. En effet, elle a annoncé que le gouvernement allait mettre en œuvre une nouvelle clause de sauvegarde contre le maïs OGM d’ici la fin du mois de février.

Pour ou contre les OGM : un choix crucial à l’arrivée des élections présidentielles

Alors que les élections présidentielles arrivent à grand pas, le gouvernement a donc choisi de trancher sur le sujet. En effet, les détracteurs s’inquiétaient de ne pas voir de réactions du gouvernement alors que les semailles de maïs pour 2012 arrivaient à grands pas. Il faut rappeler qu’en Novembre 2001, le Conseil d’Etat avait invalidé une première clause de sauvegarde contre les OGM datant de février 2008 suite à la décision de la Cour européenne de justice. Il n’y a donc plus rien qui empêche les agriculteurs de semer du maïs OGM.

Le maïs Monsanto a encore beaucoup de détracteurs

En France, le maïs MON 810 de l’entreprise Monsanto a encore beaucoup de détracteurs. Dans le monde professionnel, beaucoup sont des apiculteurs qui craignent des conséquences nocives des OGM sur les abeilles. Il y a également des agriculteurs à l’image de José Bové.

Globalement, il faut dire que les OGM ne sont pas dans le cœur du grand public. Selon un sondage IFOP/Ouest-France de décembre 2011, 65 % des français sont inquiets en ce qui concerne la culture OGM. Toujours selon le sondage, 80 % des personnes interrogées sont contre la culture des OGM en France. Enfin, l’étude précise que parmi les gens sceptiques, beaucoup sont des femmes ou des sympathisants de gauche.

Des militants anti-OGM s’en prennent aux hangars Monsanto

Lundi matin, environ 80 militants anti-OGM ont investi un hangar de l’entreprise Monsanto se situant dans l’Aude afin d’exiger un moratoire sur les OGM. Ils ont notamment détruit des sacs de semences de maïs OGM. Ces derniers ont ensuite été reçus par le directeur de cabinet du préfet de l’Aude.

Les détracteurs d’OGM restent inquiets malgré la clause de sauvegarde

Nathalie Kosciusko-Morizet veut mettre en place cette clause de sauvegarde le plus tard possible afin que le Conseil d’Etat et les autorités européennes n’aient pas le temps de remettre en cause la clause.

Cependant, cela inquiète les militants anti-OGM en deux points. Tout d’abord, la clause de sauvegarde arriverait trop tard par rapport au début des semailles. En effet, les semailles de maïs OGM devraient être faites plus tôt avec la douceur des températures. De plus, ils craignent que les producteurs d’OGM fassent appel à la décision de Conseil d’Etat pour remettre en cause la clause de sauvegarde.

Source: Vos économies d’énergie .fr