Le grenelle de l'environnement fête ses 4 ans

Il y a tout juste 4 ans, Nicolas Sarkozy, fraîchement élu, réunissait écologistes, chefs d'entreprises, agriculteurs, scientifiques et politiciens pour parler de la crise climatique et écologique. Quatre plus tard, on en est où ?

Le Grenelle de l’environnement : du dialogue aux lois « Grenelle »

Le Grenelle de l’environnement a rassemblé en 2007 l’Etat, les collectivités locales et des représentants de la société civile, ONG, employeurs et salariés autour du thème du développement durable

De juillet à septembre, des groupes de travail ont réfléchi et apporté des propositions aux problématiques suivantes :

  • Lutte contre les changements climatiques et maîtrise de la demande d’énergie
  • Préservation de la biodiversité et des ressources naturelles
  • Instauration d’un environnement respectueux de la santé
  • Adoption de modes de production et de consommation durables
  • Construction d’une démocratie écologique
  • Promotion des modes de développement écologiques favorables à l’emploi et à la compétitivité.

De septembre à octobre de la même année, le grand public a pu intervenir via des sites Internet, des forums, des rencontres afin de participer aux débats.

Enfin, les 24 et 25 octobre 2007, après deux journées de tables rondes, les conclusions du Grenelle ont été remises, aboutissant sur 268 engagements en faveur de l’environnement. Entre 2008 et 2010, le Parlement a adopté des lois permettant d’instaurer les mesures concrètes issues des conclusions du Grenelle.

Grenelle de l’environnement : les mesures mises en place

Après le Grenelle, des mesures concrètes ont peu à peu modifié notre manière de consommer et fait évoluer les mentalités. Les bonus/malus ont été instaurés incitant les Français à acheter les voitures les plus propres. Les logements neufs d’aujourd’hui consomment près de trois fois moins d’énergie, l’éco-prêt à taux zéro a relancé les rénovations énergétiques dans l’ancien. Des panneaux solaires ont été installés sur les toits de 200 000 foyers et le parc éolien français a été multiplié par 8.

Depuis 2009 et la crise économique, l’écologie ne figure plus en tête des priorités gouvernementales, avec par exemple la suppression de la taxe carbone et le renoncement ou le report de nombreux engagements.

Mais si le Grenelle n’a pas (encore) tenu toutes ses promesses, il a le mérite d’avoir mis, des mois durant, l’écologie sur le devant de la scène et permis de mobiliser le grand public sur les problématiques environnementales. L’économie verte et équitable se construit lentement … mais pour savoir si elle se construit sûrement, il faudra attendre le prochain bilan.

Source: Vos Économies d'énergie.fr