Un retour des OGM en France ?

Remise en cause de la suspension du maïs MON810 par le Conseil d’Etat

Lundi 28 Novembre, le Conseil d’Etat a remis en cause l’interdiction de cultiver et de commercialiser les OGM Monsanto en France. Selon lui, la France ne peut pas être le seul pays européen à interdire cette culture. En Septembre, c’est la Cour de justice de l’Union-européenne qui avait remis en cause la sauvegarde française contre le maïs MON810.

Les raisons invoquées par la Cour de Justice européenne sont d’ordre juridique : il n’est juridiquement pas possible d’interdire un produit en Europe à part s’il présente des risques graves pour la santé ou l’environnement. Pour ce faire, l’Etat français s’était appuyé sur une directive européenne qui stipulait uniquement la façon dont on pouvait faire coexister les cultures OGM avec les cultures non-OGM et qui n’avait donc rien à voir avec la clause de sauvegarde française.

Pourtant, le gouvernement français s’oppose à cette mesure. La Ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet et le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire veulent maintenir l’arrêté qui stipule l’arrêt provisoire de la culture et de la vente du maïs MON810. Ils affirment qu’il n’a pas encore été prouvé que ce maïs n’était pas nocif pour l’Homme ou pour l’Environnement.

Le maïs MON810 est cultivé par la société agricole Monsanto en Europe –sauf en France et en Autriche notamment- et aux Etats-Unis. En France, la société cultive du maïs et du colza non transgéniques.

OGM : un débat qui divise l’Europe

La culture du maïs MON810 a été suspendue en France le 7 Février 2008. Sa commercialisation avait été arrêtée plus tôt, en Décembre 2007. Les raisons invoquées étaient qu’il n’y avait pas de preuves scientifiques que ce maïs n’était pas bon pour la santé et pour l’environnement. En effet, le maïs pourrait avoir un effet nocif sur les insectes non ravageurs du maïs comme les coccinelles ou les abeilles.

Pourtant, la culture de maïs MON810 est autorisée ailleurs en Europe. L´Autorité Européenne de Sécurité des Aliments a évalué qu’il n’y avait aucun risque pour la santé et l’environnement. Il existe également des organismes français, comme l´Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), qui définissent ce maïs comme inoffensif pour les consommations humaines et animales.

Les enjeux des OGM

La population mondiale a dépassé les sept milliards d’êtres humains. Avec l’augmentation de l’espérance de vie, la population est destinée à croître encore et toujours. Se pose inéluctablement la question de la pénurie de nos ressources. Selon le Sommet mondial, l’augmentation de la population va obliger l’agriculture à augmenter sa production de 70% d’ici 2050.

Les seules solutions sont alors d’augmenter les surfaces cultivées ou d’augmenter le rendement des surfaces cultivées. Or avec l’urbanisation, les surfaces cultivables vont se faire de plus en plus rares. Il est donc nécessaire d’augmenter le rendement des surfaces cultivées : les solutions actuelles sont les pesticides et les engrais, la rotation des cultures ou les OGM.

Les cultures Bt sont une sorte d’OGM qui est résistante aux insectes ravageurs, grâce à une protéine ayant des propriétés insecticides. Les maïs MON810 sont résistants à la pyrale et à la sésamie qui réduisent le rendement des cultures de maïs de 30% environ. Cependant, il n’est pas prouvé qu’ils ne soient pas nocifs pour les autres insectes non ravageurs. De plus, ils sont plus chers à cultiver.

Source : voseconomiesdenergie.fr