La fiscalité verte attendra, la taxation du diesel n'est pas prévu avant 2015

Le gouvernement vient d’annoncer que le rattrapage de la taxation du diesel ne sera pas appliqué en 2014, ce qui lui a valu de s’attirer les foudres des écologistes, indignées que la fiscalité sur le diesel reste inchangée.

La taxation du diesel, un choix à conséquence pour les économies d'énergie

Le gouvernement a dû faire un choix, préserver le pouvoir d’achat des automobilistes ou se rallier à la cause des écologistes et il a choisi la première issue. Ainsi, la taxation du diesel restera inchangée pour l’année prochaine. Le ministre de l'Écologie, Philippe Martin, a déclaré qu’aucune disposition ne spécifie une convergence entre l’essence et le diesel. Pour rappel, l’essence est devenue moins avantageuse à la suite des dernières réformes et les écologistes attendaient patiemment que le diesel suive son chemin. Après avoir soutenu le mouvement des écologistes le mois dernier à Marseille en promettant des économies d'énerige et le developpement de la fiscalité verte, il semblerait que le ministre ait changé son fusil d’épaule. En effet, il estime avoir déjà concédé aux suppliques des fervents militants verts en leur promettant la création de la contribution climat énergie (CCE). Pour calmer les mœurs, le ministre de l'Écologie a alors déclaré que la prochaine loi de finances allait comporter l’introduction d’une composante carbone dans la taxe intérieure de consommation.

Des avis divergents sur la taxation du diesel

Le gouvernement garde encore la voile baissée sur la mise en œuvre de la CCE. Si certains la considère déjà comme un nouvel impôt, le gouvernement préfère l’annoncer comme une mesure allant dans le sens de la fiscalité verte. Le ministre de l'Écologie a d’ailleurs tenu à déclarer que les mesures d’accompagnement devraient être dévoilées à l’issu du prochain conseil des ministres qui se tiendra le 25 septembre prochain. François de Rugy, le coprésident du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, estime que toutes ces cachoteries cachent de nouvelles surprises et déplore qu’aucune précision n’ait été apportée sur la fiscalité écologique. Pour sa part, le député de Loire-Atlantique s’est vu déçu par le changement d’avis du gouvernement qui a finalement choisi de tourner le dos au mouvement écologiste. Pascal Canfin, le ministre écologiste délégué au Développement, fut également surpris de la tournure qu’on prit les choses. Il estime que Philipe Martin n’a pas choisi de retenir la bonne décision à propos de la taxation du diesel. Il a notamment déclaré qu’« On ne peut ne rien faire sur ce carburant tout comme pour l'amiante ».

Face à toute cette cohue, le ministre de l'Écologie est revenu sur ses dires, annonçant que les questions se rapportant à la fiscalité du diesel n'avaient pas encore fait l'objet d'« un arbitrage particulier ». Le ministre de l'Économie, Pierre Moscovici, a essayé d’apaiser les mœurs en déclarant que l’arbitrage interviendrait d’ici la semaine prochaine. Il a également tenu à rappeler que la création du moindre impôt ne sera pas retenue puisque les taxes existantes permettront de favoriser une consommation plus écologique. Il a toutefois indiqué qu’une contribution climat énergie allait être mise en place lors de la prochaine assemblée.

À une semaine de la conférence environnementale, ce sujet vient se poser comme un cheveu sur la soupe. Et si l’exécutif semble rester sur ses positions, il reste qu’il devrait tout de même essayer de calmer le jeu au risque d’attiser encore plus la colère des partisans du vert. À noter que ces derniers attendent impatiemment la conférence pour enfin connaitre les nouvelles mesures se rapportant à la fiscalité verte.


Source : Vos économies d'énergie.fr