La précarité énergétique prend de l'ampleur en France

Le Médiateur national de l’énergie tire la sonnette d’alarme concernant la précarité énergétique. En 2011, 80 % de ménages supplémentaires ne sont plus en mesure de payer leurs factures d’énergie.

La précarité énergétique touche de plus en plus de ménages

La précarité énergétique est de plus en plus inquiétante en France. Tel est le message que tente de faire passer le Médiateur national de l’énergie dans son rapport 2011 publié mardi. De plus en plus de ménages sont incapables de payer leurs factures de gaz et d’électricité. Par rapport à 2010, le nombre de ménages n’arrivant plus à payer leurs factures énergétiques a augmenté de 80 %, soit une augmentation du nombre de saisines de 14 % par rapport à 2010. Selon le Médiateur, les dettes énergétiques s’élèvent à 1 900 euros en moyenne. Les fournisseurs en arrivent alors à couper l’énergie alimentant le chauffage : en 2011, le Médiateur a recensé 500 000 coupures.

Le Médiateur national de l’Énergie est une autorité administrative indépendante créée en 2008 et chargée de trouver des solutions amiables lors des litiges concernant les contrats de fourniture d'électricité et de gaz naturel. Quant aux foyers en précarité énergétique, il s’agit des ménages consacrant plus de 10 % de leur budget aux factures énergétiques.

Quelles sont les mesures préconisées par le Médiateur de l’énergie contre la précarité énergétique ?

Le Médiateur national de l’Énergie propose différentes mesures pour faire face à la précarité énergétique. En effet, elle considère les tarifs sociaux de l’énergie insuffisants : seuls 650 000 ménages ont bénéficié des tarifs sociaux sur les 4 millions de ménages en précarité énergétique.

Tout d’abord, elle préconise la mise en place d’une trêve hivernale des coupures d’énergie du 1er novembre au 15 mars pour tous les consommateurs. Un dispositif similaire existe déjà mais il ne s’applique pas à tout le monde. Cette trêve reprendrait les principes de la trêve hiverne des expulsions locatives.

Ensuite, le Médiateur national de l’Énergie propose la mise en place d’un « chèque énergie » pour toutes les énergies alimentant les chauffages domestiques. Pour l’instant, il existe un tarif social pour l’électricité et le gaz, mais un tel dispositif n’existe pas pour la chaudière à bois ou la chaudière au fioul.

Finalement, l’autorité administrative souhaite étendre les tarifs sociaux du gaz et de l’électricité aux fournisseurs alternatifs de gaz et d’électricité. Actuellement, seuls EDF et les fournisseurs historiques ont droit de faire bénéficier leurs clients de ces tarifs.

Rénovation énergétique de plus de 30 000 logements en 2012

Pour lutter contre la précarité énergétique, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) a prévu de rénover 30 000 logements en 2012. Cette mesure s’instaure dans le cadre du programme national « Habiter mieux » géré par l’Anah. Le programme « Habiter mieux » fait parti des Investissements d’avenir créés par l’État. Il vise à aider les particuliers dans la rénovation thermique de leur logement en finançant les travaux d’économies d’énergie. Pour aider 300 000 propriétaires à réaliser des économies d’énergie, l’Anah s’est vu attribuée une enveloppe de 500 millions d’euros.


Pour faire des économies d’énergie et diminuer vos factures de gaz, de fioul ou d’électricité, nous vous proposons de réaliser un bilan énergétique de votre logement. Les travaux d’économies d’énergie donnent droit à des aides financières à la rénovation verte.

Vos économies d’énergie .fr