Le prix du gaz va diminuer, une bonne nouvelle pour les possesseurs de chaudière à condensation

Le géant gazier GDF Suez a exposé sa proposition de couts à la Commission de régulation de l’énergie. L’on a appris que le maintien de la série de baisses n’est pas à exclure dans les prévisions.

L’heure est à l’optimisme pour les possesseurs de chaudière à condensation

Une diminution des coûts légiférés du gaz dans l’hexagone est prévue pour le début du mois d’avril 2013. L’information émane directement du ministère de l’Écologie et de l’Énergie. Au vu de la situation actuelle du secteur, cette baisse ne constitue en rien une surprise pour les experts. Ils ont même donné une estimation de l’ordre de 0,5 %, concernant cette réduction, bien avant que le ministère en question ait avancé le pourcentage de 0,6 %.

Cette baisse de prix vient compléter toute une série de chutes du premier trimestre 2013. En effet, l’on a assisté à une diminution de 0,5 % le premier jour du mois de février. Le 1er mars, on a également constaté une réduction de 0,3 %, autant de bonnes nouvelles si vous possèdez une chaudière à condensation

Les principaux facteurs de la diminution du prix du gaz

La baisse de 0,6 % prévue pour le 1er avril 2013 est à mettre sur le compte d’une nouvelle formule adopté par le gouvernement Hérault le 21 décembre 2012. L’on parle de l’instauration d’un système d’ajustement mensuel des coûts de GDF Suez. Comme son nom laisse entrevoir, le prix du gaz fera désormais l’objet d’une révision mensuelle, et non plus trimestrielle, comme cela a toujours été le cas. Par ailleurs, cette formule flambant neuve sollicite des éléments d’évolution à priori avantageux pour les ménages.

Le numéro 2 de GDF Suez en la personne de Jean-François Cirelli s’est voulu aussi rassurant, lors de son allocution fin février. Il a, en effet, laissé entendre que la fin de la série de baisses n’est pas à prévoir d’ici peu. Les principaux facteurs d’évolution connaissant actuellement une progression continue. Parmi ces éléments d’évolution figurent le cours du gaz naturel et celui du pétrole sur le commerce au comptant.

Prix du gaz : le revers de la médaille

Si l’on observe cette diminution des coûts gaziers à la loupe, on peut s’attendre à bien de mauvaises surprises. Celle-ci relève, du moins pour le moment, d’une petite illusion. En effet, la série de diminution du prix du gaz à laquelle on a assisté depuis le 1er février 2013 semble être dérisoire. L’augmentation de prix enregistrée au tout début de l’année, de l’ordre de 2,4 %, laissant encore des traces indélébiles sur chacun des portefeuilles des ménages français. Si l’on effectue des calculs simples, même en intégrant la baisse à venir de 0,6 % du 1er avril 2013, force est de contacter que l’on assiste encore à une augmentation estimée à 1 %, sur les quatre premiers mois de 2013.

Par ailleurs, facteurs d’évolution comme le taux de change, le cours du gaz naturel et le cours du pétrole connaissent encore une évolution fragile, voire quelque peu incertain. Un seul faux pas de ce côté et les foyers français seront rattrapés par la réalité. L’impact du pic des prix gaziers depuis 2011, ramenant à un total de hausse de l’ordre de 80 %, leur reviendra en pleine figure. Les économies d'énergie restent l'alternative la plus sûre pour diminuer sa facture.


Source : Vos économies d'énergie.fr