Vers une hausse de 2 à 3% des prix du gaz au 1er janvier 2013

Dès le 1er janvier 2013, le prix du gaz devrait augmenter de 2% à 3%. Toutefois, cette estimation pourrait être en deçà de l’augmentation prévue du fait que l’État devrait rattraper les hausses qui n’ont pas été appliquées auparavant.


Tarif énergie : Une hausse de 2 à 3%

Les nouveaux tarifs du gaz seront annoncés prochainement par la ministre de l’Énergie, Delphine Batho dans un communiqué. Cette communication devrait faire état des tarifs du gaz et tout ce qui les touche.

L’augmentation certaine du prix du gaz au début de l’année prochaine sera discutée lors de ce communiqué. D’après les sources, la hausse réglementaire du tarif des gaz avoisine les 2 à 3% et concerne près de 10 millions de foyers français. Ce taux a été décidé lors d’un avis consultatif sur les mouvements tarifaires rendu par les pouvoirs publics, GDF Suez et la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Cette mesure prise entre ces trois entités peut être modifiée par le gouvernement. Toutefois, une source vient en effet d’affirmer que le gouvernement maintient cet accroissement de 2 à 3%.

La ministre de l’Energie devrait aussi parler des tarifs sociaux. Le nombre de personnes qui vont tirer avantage de ce projet devrait progresser. Actuellement, ce nombre s’évalue 400 000 et devrait atteindre les 1,5 millions dans la prochaine révision.

Delphine Batho devrait également présenter les résultats de travaux d’économies d’énergie et les travaux concernant l’amélioration des coûts d’approvisionnement de GDF Suez. Le gouvernement a déjà annoncé son souhait de voir l’entreprise réviser ses contrats à long terme pour faire descendre les tarifs du gaz sur les marchés.

En dernier ressort, la ministre devrait trancher sur l’épineux sujet du calcul des tarifs du gaz. Ce calcul est en principe basé sur une formule mathématique et réétudié chaque trimestre.


Tarif du gaz : Une hausse inévitable

Le gouvernement a toujours tenté de stabiliser le prix du gaz et limiter la hausse en ignorant les résultats du calcul des tarifs. Cette fois-ci, l’augmentation du prix serait inévitable et la ministre pourrait choisir d’appliquer la formule de calcul et hausser de 26% à 30% le poids des prix. Cette décision pourrait porter préjudice aux contrats d’approvisionnement à long terme.

Cette nouvelle mesure causera une hausse inévitable du tarif des gaz dès le 1er janvier prochain. D’après le calcul réglementaire, il a été prévu que l’augmentation s’élèverait seulement à hauteur de 0,8%. Cependant, le gouvernement devrait agir autrement en procédant à un rattrapage des anciennes hausses qui n’ont pas été considérées. Cette mesure de limitation de la hausse a été depuis condamnée par le Conseil d’État.

De leur côté, l’Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode) par l’intermédiaire de son président Fabien Choné a fait appel au Conseil d’État en annonçant « Nous ne voulons plus que la fixation des prix du gaz soit politisée à ce point et que la formule de calcul subisse régulièrement des tripatouillages. Si la majoration normale à hauteur de 5% n’est pas appliquée début janvier, nous porterons l’affaire devant la Commission européenne ». Pour rappel, cette association réunit les concurrents de GDF Suez.


Source: vos économies d'énergie.fr