C'est quoi l'isolation thermique ?

L'isolation thermique est un ensemble de techniques qui permettent de réduire les pertes de chaleur entre deux environnements de température différente.

Il s'agit par exemple de renforcer les murs d'un bâtiment avec des matériaux spéciaux, afin d'empêcher au maximum que la chaleur intérieure ne s'échappe vers l'extérieur.

Il existe de nombreuses techniques et de nombreux matériaux conçus pour améliorer l'isolation d'un bâtiment.

Qu'appelle-t-on déperdition thermique ?

La déperdition thermique désigne la perte de chaleur d'un environnement par rapport à un autre. Pour lutter contre les déperditions thermiques, l'isolation doit être optimisée.
Par exemple, si vous renforcez l'isolation de votre toiture, vous limitez une partie des déperditions thermiques. L'ADEME, l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise d'Énergie, a étudié en détail les déperditions thermiques.

Voici un aperçu de la répartition des déperditions thermiques dans une maison moyennement isolée :

C'est pourquoi nous vous recommandons de porter toute votre attention sur l'isolation de votre logement. L'isolation détermine à quel point les déperditions thermiques sont importantes. Plus l'isolation thermique est renforcée et plus les déperditions thermiques sont limitées.

Ainsi, vous n'avez pas besoin de chauffer autant pour obtenir le même confort thermique car la chaleur est mieux conservée. Grâce à une bonne isolation vous faites des économies sur votre facture de chauffage.

C'est quoi un pont thermique ?

Un pont thermique désigne une zone qui n'est pas correctement isolée par rapport au reste du bâtiment. Un pont thermique se situe généralement à la jonction de deux éléments de la construction.

Ils peuvent résulter d'un changement de matériaux ou encore d'une modification de la surface.
Dans ces zones, les déperditions thermiques sont importantes et peuvent représenter entre 5% et 10% des déperditions thermiques totales d'un bâtiment.

Il est donc capital de les éviter au moment de la construction.

Que représente la conductivité thermique d'un matériau ?

La conductivité thermique désigne la capacité pour un matériau à transmettre la chaleur par le procédé de conduction.

C'est-à-dire que lorsque deux corps de température différente entrent en contact, la chaleur de l'un se transmet plus ou moins bien à l'autre. Un matériau qui a une conductivité thermique élevée transmettra facilement sa chaleur à un autre matériau.

En revanche, si la conductivité thermique est faible, alors la chaleur sera difficilement transmise.

Pour les équipements de chauffage, on utilise des composants qui ont une conductivité thermique élevée afin de transmettre la chaleur facilement dans un bâtiment.

Mais en matière d'isolation, l'isolant doit au contraire avoir une conductivité thermique très faible pour ne pas transmettre ni de chaleur ni de fraîcheur.

Ainsi, l'isolant permet de conserver la différence de température entre un milieu froid et un milieu chaud. Avec une isolation efficace, vous ne gaspillez donc pas l'énergie que vous avez utilisée pour chauffer votre logement.

C'est quoi le coefficient de conductivité thermique ?

Le coefficient de conductivité thermique est déterminé en fonction de la conductivité thermique du matériau. Plus ce coefficient est haut, plus le matériau transmet la chaleur.

Ainsi, pour les matériaux d'isolation, le coefficient de conductivité thermique doit être le plus faible possible pour assurer une isolation performante.

Il s'exprime en Watt par mètre par Kelvin, et est noté W/m.K.

Pour avoir un ordre de grandeur, un matériau qui a un coefficient de conductivité thermique de 0,034 W/m.K est un isolant performant. En revanche, un matériau qui a un coefficient de conductivité thermique supérieur à 0,050 W/m.K n'est pas efficace en tant qu'isolant.

Pourquoi une réglementation thermique ?

La réglementation thermique a été mise en place à la suite du choc pétrolier en 1973. Le gouvernement français a décidé de limiter sa consommation en énergie, et le secteur bâtiment a été le premier concerné. Ainsi, en 1974 apparait la première réglementation thermique.

Depuis, régulièrement, de nouvelles réglementations thermiques ont été mises en place, visant toujours à diminuer la consommation énergétique du secteur du bâtiment.

Aujourd'hui, c'est la réglementation thermique 2012, noté RT 2012, qui est en vigueur. Elle a été mise en place lors du Grenelle de l'Environnement.
Au fil des années, les contraintes se sont renforcées afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d'encourager le développement des énergies renouvelables.

L'isolation, responsable des déperditions thermiques et donc d'une consommation de chauffage plus importante, est directement touchée par la RT 2012. Un seuil maximal de consommation énergétique est défini pour les postes suivants : chauffage, climatisation, eau chaude sanitaire, ventilation, et auxiliaires.

Ce seuil est de 50 kWh/m²/an, et il était de 150 kWh/m²/an dans le cadre de la RT 2005. Selon les régions, un coefficient de rigueur climatique est appliqué pour redéfinir la consommation énergétique maximale autorisée.
La RT 2012 concerne les bâtiments du secteur tertiaire depuis le 28 octobre 2011, mais tous les bâtiments construits à partir du 1er janvier 2013 doivent s'y référer.

En cas de non respect des normes imposées, des sanctions financières sont encourues et le bâtiment concerné pourra même être détruit.

C'est quoi l'inertie thermique ?

  • L'inertie thermique est la capacité d'un corps à conserver de la chaleur puis à la restituer.
  • On parlera de déphasage thermique pour désigner le temps que le matériau met pour restituer la chaleur.
  • Un matériau qui a une bonne inertie thermique conservera la chaleur et la restituera pendant longtemps.

Au contraire, un matériau qui a une faible inertie thermique ne conservera pas la chaleur longtemps.
Dans le cas des matériaux d'isolation, on privilégiera des matériaux avec une bonne inertie thermique. Ainsi, ils conserveront mieux la chaleur en hiver et la fraîcheur en été.

Que signifie isolation phonique ?

L'isolation phonique est une isolation qui permet de limiter la propagation du bruit. On parle également d'isolation acoustique. Pour obtenir une bonne isolation phonique, il faut utiliser des matériaux lourds. En effet, plus un matériau est lourd, moins il sera sensible aux vibrations des ondes sonores.

Ainsi, un mur en pierres est un meilleur isolant phonique qu'une cloison simple en plâtre.

Il est cependant possible d'utiliser un autre système d'isolation phonique qu'une cloison particulièrement lourde. Vous pouvez installer une double-cloison (appelée également masse-ressort-masse). Il s'agit de deux cloisons séparées soit par de l'air soit par un matériau isolant. Lorsque la première cloison reçoit des vibrations, l'isolant ou l'air agit comme un amortisseur, et les vibrations sont grandement réduites lors du passage à la seconde cloison.

Enfin, il faut garder à l'esprit que le bruit peut se propager partout où l'air peut passer. C'est pourquoi il est important de vérifier l'étanchéité de votre logement.
Attention cependant à ne pas empêcher complètement le renouvellement de l'air.

L'isolation phonique se mesure grâce à un indice d'affaiblissement acoustique. Il est exprimé en dB. Plus cet indice est élevé, plus le matériau permet de réduire le bruit.