La réglementation thermique répond à des objectifs de réduction de la consommation énergétique

Dans quel contexte la réglementation thermique a-t-elle été mise en place dans le secteur du bâtiment ?

A la suite du premier choc pétrolier de 1973, une première réglementation thermique a été mise en place. Elle traduit une prise de conscience à grande échelle concernant la consommation énergétique des bâtiments. Cette réglementation thermique a donc pour objectif de diminuer cette consommation d'énergie pour le secteur du bâtiment, responsable de 40% de la consommation énergétique du pays.

En s'intéressant aux systèmes de production d'énergie renouvelable, aux installations écologiques, à la conception des bâtiments et à leur isolation, la réglementation thermique vise à optimiser l'efficacité énergétique des bâtiments. La réglementation thermique a connu plusieurs évolutions. Aujourd'hui, c'est la réglementation thermique 2012 (notée RT 2012) qui est en application.

A quels bâtiments s'applique la RT 2012 ?

La réglementation thermique 2012 concerne :

  • Tous les bâtiments du secteur tertiaire dont le permis de construire a été déposé après le 1er juillet 2011;
  • Tous les bâtiments neufs dont le permis de construire a été déposé après le 1er janvier 2013;
  • Bientôt, il faudra faire appel à une entreprise RGE.

La réglementation thermique 2012 impose une consommation énergétique maximale pour un bâtiment

Chaque bâtiment a une consommation énergétique que l'on peut évaluer en fonction de différents critères, et notamment selon la qualité de l'isolation. Ainsi, on a défini un seuil au dessous duquel un bâtiment est qualifié de Bâtiment Basse Consommation (BBC).

Cette consommation énergétique est mesurée en kWh/m²/an et prend en compte les dépenses énergétiques pour:

  • La production d'eau chaude,
  • Le chauffage et la climatisation,
  • L'éclairage,
  • Les auxiliaires.

La limite de la consommation énergétique d'un bâtiment est régulièrement revue à la baisse.

  • La réglementation thermique précédente, la RT 2005, préconisait une consommation énergétique maximale de 165 kWhep/m²/an;
  • La réglementation thermique actuelle, la RT 2012, impose maintenant une consommation énergétique maximale de 50 kWhep/m²/an.

On estime que les constructions des dix dernières années ont une consommation énergétique d'environ 400 kWhep/m²/an. Toutes les constructions qui ont débuté après le 1er janvier 2013 doivent se plier à cette RT 2012 et disposer de meilleurs équipements.

L'isolation d'un bâtiment est directement concernée par la réglementation thermique

Le Grenelle de l'Environnement 2007 impose par la RT 2012 un certain niveau d'isolation thermique pour limiter les dépenses de chauffage.

  • Le matériau utilisé pour l'isolation d'un bâtiment doit donc disposer d'une certaine résistance thermique R pour être conforme à la RT 2012.
  • La résistance thermique R indique à quel point le matériau est isolant. Elle se mesure en m².K/W.
  • Plus R est grand, plus le matériau est isolant.
  • La résistance thermique R varie selon le type de paroi.
  • La résistance thermique est l'inverse de la conductivité thermique.

Voici les valeurs de la résistance thermique R que les isolants doivent avoir pour respecter la RT 2012.

A titre de comparaison, vous trouverez également les valeurs imposées par la RT 2005 :

Type de paroi à isoler RT 2012 RT 2005
Toit 6,5 à 10 4 à 6
Mur 3,2 à 5,5 2,2 à 3,2
Plancher sur terre-plein 2,4 à 4 1,7 à 2,9
Plancher sur vide sanitaire 3,4 à 5 2,4 à 4

Le niveau de consommation énergétique maximale qui est toléré dépend de votre région

Le climat, la température et l'altitude ayant un impact certain sur les dépenses énergétiques (principalement sur le chauffage et la climatisation), il est normal que la consommation énergétique maximale tienne compte de ces facteurs. Ainsi, on a défini 8 zones géographiques différentes.

  • Pour chaque zone, il faut multiplier la valeur de la consommation maximale autorisée (50 kWhep/m²/an) par un coefficient de rigueur climatique.
  • La première zone (H1a) est celle où les températures sont les plus faibles sur l'année, et la zone H3 celle où les températures sont les plus hautes.
  • En fonction de l'altitude, un coefficient supplémentaire est appliqué.

Le tableau suivant indique le coefficient en fonction de la zone géographique :

Zones climatiques Coefficient climatique
H1a, H1b 1,3
H1c 1,2
H2a 1,1
H2b 1,0
H2c, H2d 0,9
H3 0,8

Ce tableau indique le coefficient à prendre en compte en fonction de l'altitude :

Altitude Coefficient d'altitude
moins de 400 m 0
entre 400 m et 800 m 0,1
plus de 800 m 0,2

Pour déterminer la consommation énergétique maximale, il faut multiplier la valeur de référence par le premier coefficient plus le second.

Par exemple, si vous résidez à Rennes, vous vous trouvez dans la zone H2a, à moins de 400 mètres d'altitude, et la consommation énergétique maximale est de : 50 x (1,1 + 0) = 55 kWhep/m²/an.